Installation – Traitement de l'eau – Entretien – Conseil

Traitement de l’eau

Le traitement de l’eau est, avec la qualité de la filtration, une composante essentielle du confort de baignade. Différents points sont à surveiller :  la régulation du pH, la désinfection de l’eau, le taux de calcaire et l’alcalinité. Il est conseillé de faire une analyse complète de l’eau en début de saison. Cela déterminera la marche à suivre pendant la saison en fonction du traitement choisi.

RÉGULARISATION DU PH

Elle s’effectue manuellement ou au moyen d’une pompe doseuse de pH injectant au choix du  pH+ ou  du pH- . Paramétrable en fonction du volume du bassin et de la fréquentation , elle permet de conserver le pH dans une plage idéale située entre 6,9 et 7,4 . Son autonomie vous  permet ainsi de vous absenter plusieurs jours sans craindre une eau en piteux état à votre retour.

DÉSINFECTION DE L’EAU

L’eau doit être désinfectée mais aussi désinfectante afin de pouvoir éliminer toute contamination extérieure (insectes, bactéries…). Elle doit pour cela disposer d’une « réserve » de désinfectant.

1. Désinfection à base de chlore/brome

La plus couramment utilisée: les galets de chlore (placés dans les paniers de skimmers ou stockés dans un chlorinateur). En se désagrégeant lentement au fil de la filtration, le galet libère du chlore qui désinfectera l’eau. Les inconvénients sont les suivants: yeux qui piquent, odeur persistante même après une bonne douche, peau sèche … C’est la solution la plus économique, ne nécessitant aucun investissement. La consommation de chlore augmente avec la température de l’eau.

  Il est possible de les remplacer par des galets de brome, procédé moins connu et pourtant plus efficace. En effet, le brome ne perd pas de son efficacité au fur et à mesure que la température de l’eau augmente.

Il existe aussi des pompes doseuses, de fonctionnement quasi-similaire à une pompe de régulation de pH. Paramétrables en fonction de la fréquentation et du volume du bassin, elles injectent dans le circuit de filtration du chlore liquide.

2. Désinfection par électrolyse au sel

Elle se compose d’un module électronique de commande et d’une cellule installée sur la partie refoulement de la filtration. Le principe est de faire passer l’eau (dosée en sel à raison de 3 à 5 gr/litre)  entre les plaques métalliques située à l’intérieur de la cellule. Lorsque l’électrolyse fonctionne, un courant électrique circule entre les plaques et l’électrolyse produit ainsi du chlore gazeux (hypochlorite de sodium). Sa dissolution complète dans l’eau désinfecte le bassin. Le procédé d’électrolyse est très apprécié car les baigneurs ne ressentent pas les effets indésirables du chlore (irritation, yeux rouges, odeur peu agréable…). En outre le processus chimique de l’électrolyse permet une recombinaison du sel , qui ne se consomme pas comme le chlore ou le brome. Seuls les contre lavage du filtre élimineront une partie du sel puisque les eaux sales jetées à l’égoût en contiennent. Un ajout de quelques kilos permettra d’obtenir à nouveau la bonne concentration et un fonctionnement optimal.

3. Désinfection par oxygène actif

Le principe est d’injecter de l’oxygène actif au moyen d’une pompe doseuse . On est techniquement très proche du procédé utilisé pour l’injection de chlore liquide. L’avantage est que l’oxygène actif est entièrement dégradable et ne laisse aucun résidu ni odeur dans l’eau et n’irrite pas les muqueuses.

4. Désinfection par traitement UV

Il se présente sous la forme d’un réacteur, en inox ou pvc selon les versions, à l’intérieur duquel se trouve deux lampes UV. Ces dernières émettent une lumière qui va détruire les germes, bactéries, microbes, algues, ainsi que tous les micros-organismes présents dans l’eau. Il faut cependant veiller à ce que la pompe soit assez puissante afin que l’eau circule bien et permette ainsi une exposition optimale de l’eau au rayonnement UV. Un passage trop rapide nuirait à son efficacité.

Ce procédé est économique, écologique et sans résidu rejeté dans la piscine.

5. Désinfection par traitement ozone

Il se présente sous la forme d’un réacteur dans lequel se trouve une lampe à production de gaz ozone. Ce gaz, qui est un composé naturel, est un oxydant très puissant, écologique et ne laissant aucun résidu dans l’eau.

L’action de l’ozone est multiple : désinfection, oxydation, floculation, désodorisation (son action est si puissante qu’il peut être installé avant le filtre à sable et le désinfecter complètement). Sans mécanisme, sans réglage, c’est un procédé très fiable. L’injection du gaz ozone dans la filtration se fait par simple effet venturi: la circulation de l’eau dans les tuyaux engendre un courant qui aspire le gaz et le dissous instantanément.

Ce procédé est utiliser pour stériliser l’eau potable et la qualité d’eau obtenue en piscine peut être comparable à la qualité de l’eau domestique.

6. Désinfection par ionisation cuivre – zinc – argent

Des électrodes libèrent proportionnellement des ions cuivre, argent et zinc connus pour leur propriétés algicides, bactéricides, fongicides et floculantes. Cette combinaison permet d’éviter à 90% les produits chlorés. C’est une eau pratiquement pure dans laquelle les traces de chlore seront moindre que dans l’eau domestique. Fiable et robuste, son entretien se limite au nettoyage des électrodes, de la cuve et de la sonde de température. L’investissement en matériel est cependant non  négligeable.

(Photos à venir)